astres lointains

astres lointains
en incandescence qu empourprent les crépuscules à l aurore
et vous qui éclatez à travers la puissante pureté de votre propre lumière
venez encore éclairer l intelligence des vivants
pour qu ils fassent l apprentissage des mœurs contre intuitives de leur univers
à jamais ultime référentiel de leur expérience d exister

ciel bleu
vertical jusqu à la transcendance
vers où chaque perception incarnée pressent la clarté d être
illumine le fond des êtres appelés aux hautes extases


et en bas dans le vallon
empli de quiétude qu emporte le déploiement des lieux
aux autres rives métaphysiques
et à l approche et au passage du midi éclatant en éternité
dans la soudaineté de l instant :
c est la pleine délivrance


et si ce n est ici où est ce ?
et si ce n est maintenant quand est ce ?
te voici t élevant
remis à toi même à vitesse quantique
ricochant sur la surface étale du lac de la santé inespérée
le fil le plus fin de l existence
la vague la plus subtile de cette existence même
et libre d attachements dans la totale efflorescence de l heure
à nouveau fleurissante


et les volatiles planant en évolution
depuis les habitants des âges accomplis du jurassique
déploient depuis leurs trajectoires à travers les ciels éblouis
les strates chronologiques de la macroévolution planétaire en vibrations
et les voici qui en arrivent à traverser les horizons
afin que chacun reçoive en propre un signe dans l univers


cette terre est une main ouverte tendue
à celui à qui elle veut du bien
c était un matin en manifestation au centre exact du printemps
et un ascète revint à la source
celle qui pour si longtemps éclate le roc
la source avec les flancs de la chaîne altière
puis au val arrivée appelle la vie à la vie
méditant contemplant considérant il exhorte
quel rire quelle exultation peut il y avoir alors que le monde brûle à jamais ?
étant submergé par l obscurité pourquoi ne cherchez vous pas la lumière ?
et la voie de l éveil enfin ouverte
ici au bord ultime du continuum des êtres
où toute chose s éploie s épanouissant
aussi dans l étendue du silence sont les lieux calmes
à la tranquillité parfaitement apaisée
et les éclairants en pointe qui entrent en méditation


voici ce monde en partage où la tristesse et la joie s entretissent à l infini
et ce qu aucun ne sonde
la simple présence du mystère
l intime le recueille
maintenant des milliers des millions d années
depuis ce matin sur terre sont passées
et ceci est l unique ultime question déclinée :
le sens de la terre le sens d exister le sens du sens
un indice
un signe
un sourire

Vladimir Muhizi


sources hommages citations

Girard

Trakl

Bourg

Georg

Colli

Van Lier

Lao Tseu

Musashi

Nietzsche

Bhagavad Gita

Bobrowski

Tranströmer

Celan

Puech

Cavannagh

Rimbaud

Heidegger

Buson

Issa

Shiki

Milosz

Uddhava Gita

Hagakure

Leibniz

Greene

Hölderlin

Dagerman

Bouddha