l entrée

à l entrée les voies de l automne
l arrière saison au portail et le souvenir vivant :
le jardin des hespérides
la lumière dorée à travers la vallée toute ouverte :
vois la splendeur vespérale dans la totalité de l espace
aussi le poudroiement dans l étendue
les fruits mûrissent à craqueler
les sèves sacrées sont maintenant jus nourriciers
dis ! qui pourrait dire la plénitude ?
qui pourrait la nommer ?
à l aurore toute la fraîcheur du monde assemblée
la rosée du toit du monde
abreuve toi aux rayons d or de ce soleil suspendu au plus pur du zénith
quand toi tu parcours le parterre fleuri le midi puissant
dis ! qui en redemanderait ?
si ce n est à en mourir ?
mais à ce crépuscule qui vient si intense de toute beauté
et son cortège d oiseaux en migration par l horizon
et le muret et le lierre aux reflets d or :
ta demeure
dis ! qui pourrait prétendre ?
et si vraiment ceci est fruit de la terre alors les vivants vivront
et si vraiment c est le temps de la vigne d or au pied de la montagne
alors le cep la cueillera
et l inespéré descendra bénir pain et vin ambroisie et nectar
dis ! à qui la table serait elle interdite ?
qui t empêcherait donc de venir prendre place pour compléter les convives ?
si le labeur a été accompli avec conscience
et si à l oeuvre partagée chacun porte sa part
si vraiment chacun jette son lot dans la flamme
dis ! qui alors pourrait empêcher la fête de briller à travers la nuit ?
mais cela se lit en silence dans tes yeux d or car il t en souvient
c était il y a si longtemps !
nous marchions alors dans les cercles soufflés de la plénitude
dis ! qui comprendrait ceux qui aiment vraiment ?
en vérité !
qui saurait ?
mais si tous les grains de sable du fleuve mythique dans le ciel
rendent à tous la mélodie indicible
dis ! pourquoi ne pas en purifier les actes passés présents et à venir ?
si l arbre le grand chêne s éploie et prodigue une ombre bienfaisante
dans la cour au jour du repos
dis ! qui manquerait de rendre hommage aux absents ?
d avoir une pensée pour ceux…
ceux qui ne sont plus et pourtant ont illuminé ce monde
puisque s ils n avaient été rien ne serait :
le cycle des destinées accomplies
mais si ta pensée ici en pleine présence est solaire lumineuse bienheureuse
si elle est lucidité et fixe sans trembler ce qui est à venir
à travers les schèmes anthropogéniques de l anthropocène
si justement elle pense inaltérable courage fidélité du coeur
sagesse persévérance et bienveillance
confiance patience et endurance
dis ! qui donc pourrait l empêcher de cultiver l intelligence ?
mais vous ô compagnons !
disciples sur la longue route enfin dans la voie
vivez fiers et n ayez jamais peur :
et ainsi allez accomplis !
et à tous les vivants… à tous et l entière planète terre
il en sera ainsi ainsi partout et toujours
de cet élan de ce souffle de cette vie même

Vladimir Muhizi


sources hommages citations

Girard

Trakl

Bourg

Georg

Colli

Van Lier

Lao Tseu

Musashi

Nietzsche

Bhagavad Gita

Bobrowski

Tranströmer

Celan

Puech

Cavannagh

Rimbaud

Heidegger

Buson

Issa

Shiki

Milosz

Uddhava Gita

Hagakure

Leibniz

Greene

Hölderlin

Dagerman

Bouddha