l or tardif de novembre

l or tardif de novembre profond étincelle encore aux yeux de tous
le soleil en sa puissance est pourpre
liquide qui coule… ruisselle de sa propre magnificence
splendeur qui enveloppe d un frisson sacré les êtres qui vont le chemin
et vous tous paysages automnaux
recoins cachés
envolées hautes le long des berges
et l indicible qui vous traverse vous hante
salut !
vous êtes de toutes les extases
le recueillement intégral baigne de larmes de cristal si pures
les yeux jamais clos qui contemplent vos hautes beautés
à vos pieds toutes les rivières étincellent d or
et vont là où la vie qui s assoupit appelle à la vie qui s éveille
la nature entière dans sa pleine richesse
rousse et intense
est un seul chant d aurore
et vous tous qui passez là
passants sur la passerelle du néant à l être
salut !
soyez accompagnés dans les vallées promises
qui regorgent de la plénitude
du poudroiement de l arrière saison
les nuages qui planent en douceur
respirent dans l ampleur des cieux d or
les arbres grands ouverts qui tournoient
laissent quelques feuilles sur le chemin profond
non ils ne perdent pas :
ils rendent à la terre ce qui est à la terre
le suc et la sève nourrissent tes rêves si forts
et les résines en leur sillon s égouttent
mais nature bien aimée dort du sommeil de paix inaltérable
il y a là résumé tout le trésor de la vie sacrée
et il y a tant à te confier !
tant à te dire !
la pureté de la clarté du jour qui s achève se reflète de toutes parts
et c est une telle plénitude
que le coeur si plein qui déborde est prêt à en crever !
les fruits qui ont mûri sont servis sur des plateaux de feuilles encore vertes
rougeâtres dans la magnificence ils flamboient à la bonne heure
les fragrances de l an qui tire vers sa fin
ô reste encore et traîne un peu ta marche dès lors
pour sûr personne ne te retiendra
mais personne ne t oubliera
va à jamais promis à l ultime
où tu vas régénérant les vivants
en leur destination essentielle
les oiseaux prennent l envol vers tous les orients en silence
l envol de l inspiration du poète en songes dans sa méditation profonde
par miracle le ciel est encore bleu
rareté du bleu unique de novembre
départ et arrivée en toi réceptacle de tous les sacres accomplis
et une pensée unique qui danse devant tes yeux
ouvre le chemin
et dit une seule chose :
paix !
paix !
paix !
en cette heure cela est dans l air
tracé à travers l indicible
à ceux qui savent tendre l oreille cela advient :
insaisissable
car toutes les couleurs d automne chantent encore jamais lasses !
les roseaux les pampres et les myrrhes
les châtaigniers puissants lourds des fruits de l an
et sur le pont en bois
par dessus les nymphéas
transmigrent les hyperboréens extatiques
les hespérides en cette contrée oubliée
ils s en retournent au seuil de leur monde ouvert
et certes une interrogation demeure :
vers où donc mènent en silence tous les chemins profonds
sous ta haute protection ?
en toi jamais l oracle ne tarit d inspiration
c est pourquoi tu sais où vont toutes les pensées heureuses des bons poètes
en cette heure bénie du sacre de la terre et des astres
qui te rencontra dans la concrescence
plus jamais ne marcha seul sur les longs chemins de la terre ici bas
et à toutes les entrées des labyrinthes d or scintillants
auprès des champs roussis
se tiennent conquérantes en leur sérénité les pensées bienveillantes
celles qui ont vaincu la douleur d exister
ici près de toi
bientôt tous les arbres se tiendront dépouillés dans l air figé :
ils n en continueront pas moins de s abreuver
à la source intérieure et sacrée car
ouverte dans la fraîcheur de l esprit conquérant les voies du réel
le vent souffle
et tous :
végétaux vivants et divinités terrestres y baignent dans la splendeur ouverte
le vent souffle
et porte leur message qui est la vie de leur vie
afin que tous soient entendus
exaucés !
que pour tous toutes chacun et chacune
il y ait un signe vivant qui tressaille à travers l univers profond

Vladimir Muhizi


sources hommages citations

Girard

Trakl

Bourg

Georg

Colli

Van Lier

Lao Tseu

Musashi

Nietzsche

Bhagavad Gita

Bobrowski

Tranströmer

Celan

Puech

Cavannagh

Rimbaud

Heidegger

Buson

Issa

Shiki

Milosz

Uddhava Gita

Hagakure

Leibniz

Greene

Hölderlin

Dagerman

Bouddha