par delà l ouvert

par delà l ouvert
la chaîne de montagnes s élève
présence magnétique sur la colline qui énonce
les rails de métal traversent la plaine
l hiver est arrivé en son empire
le sable s égoutte :
maintenant il se fait rare
allez !
retournez donc le chercher au fond des rivières
nécessités écologiques
il est tard sur l horloge biologique
le désert en cette nuit est glacial
la pureté de la fraîcheur du firmament
tous lèvent les yeux au ciel et attendent une réponse :
définitive !
mais chacun creuse son sillon
ne peut ni acheter ni vendre sans faire basculer l équilibre
la planète vous observe !
la terre roule sur son orbite pour la tectonique de tes jours :
atmosphère de carbone et couche d ozone
pour demain cultive seulement ce qui est viable
souviens toi de ton essentiel quand tu parcours l ellipse
éclipse totale :
ne sors pas ébloui
apprends en !
car sous la trace suspendue
les nappes phréatiques abreuvent les myriades de colonies :
cyanobactéries en prolifération
les mondes bactériologiques ne craignent pas l anthropotechnique
ceci est l être que tu médites
pourtant tes usines s abreuvent d hydrocarbures
les portes avions sont en haute mer
et les containers sillonnent les océans
aussi insensiblement les conditions d habitabilité périclitent
dans la coupe transversale de la planète
la vision est limpide :
le rythme des mégalopoles scintille à la mesure de tes nuits illuminées
elles font léviter ton existence dans la sphère du confort :
admets !
temporalité bénie
anticipe !
c est le retour dans le futur vers le pléistocène
marche pour battre le pavé
monte dans l aéroplane pour transpercer le nuage
oiseaux de nuit nourrissez vous de graines !
oiseaux de métal buvez le kérosène !
ainsi vous survivrez
et si vous êtes égarés dans la ténèbre
venez donc à l être de lumière vous confier !
que voulez vous vraiment ?
ne vous ont ils pas prévenus ?
désirs qui ne connaissent pas de limites
ignorent le contrôle
que croyez vous atteindre qui soit en dehors de vous ?
si vous ne vous possédez pas… que possédez vous vraiment ?
le trésor sacré dans le sacre intérieur
où depuis vous l avez oublié
et le dernier lion a été abattu dans la savane
et la dernière corne d ivoire réduite en poudre
chacun peut le voir
chacun peut le savoir
mais cela change t il les trajectoires de l anthropocène ?
médite !
qui décida de côter en bourse le destin des vivants ?
qui réparera l adn sacré dans la calebasse sous le souffle inspiré des astres ?
forêts denses
votre faune votre flore :
dis !
biodiversité !
steppes ouvertes
étendues à perte de vue !
banquises glaciales
reflets symétriques des aurores boréales !
et vous déserts foudroyants
les champs ouverts des tempêtes de sable !
océans poissonneux
eaux planétaires
paysages accomplis de la terre en évolution !
demeure qui recueille les vivants !
réceptacle sacré de l être ici bas !
qui ose entreprendre sans méditer votre destinée
sa propre destination ?
puisque tout vous lie !
destins planétaires !
vous emplissez l intelligence à l écoute
dans la perception déployée votre grandeur imprime le respect
jamais aucun de ceux qui savent n agis sans rendre grâce à votre majesté
condition de possibilité de tout destin accompli
viens
il nous faut partir maintenant !
ici ou ailleurs :
à l extase
et l or de l iris de tes yeux dit la merveille primordiale
ton souffle est le sens même de la pudeur
qui jamais approcha de si près la floraison ultime de l insigne ?
du trésor sacré de l existence
et en cet univers
chaque chose est mystère en éclosion
chaque être miracle en apparition
le chemin se trace de lui même à mesure que nous marchons
avançons
le pouls de ton coeur se tisse à l orée de la sérénité de tes yeux
et ta main qui cherche
cherche sans perdre confiance
viens il le faut
maintenant les arbres ont perdu leurs feuillages
alors ils se dressent dans l air incandescent
insaisissable est le passage du temps
le mystère repu
et si ce soir l inespéré vient te rendre visite
ne tressaille pas !
tu peux frémir si tu veux
le firmament t accueillera toujours
mais n hésites pas
va en ta demeure ouverte
à l abri
les molécules de pensées heureuses
lumineuses dans la bienveillance
couplées aux schèmes multiples de la planète
sont ajustées
et c est l extase de vie ici bas
dans la fraîcheur du soir tu marches
habité
et à ton cortège la présence étale de l être qui pulse dans ton sillon ouvert
aligné avec les étoiles
et au plus profond :
tu sais !
au seuil de l accomplissement dans le poudroiement
les obstacles sur la longue route sont surmontés
les étincelles sur le sentier
les voies de la clairvoyance
par delà la transmigration des êtres dans la ronde stellaire
marche avec confiance
toi aussi tu es un enfant de la grande terre
la longue marche en son aboutissement :
nirvana
la longue quête :
éveil

Vladimir Muhizi


sources hommages citations

Girard

Trakl

Bourg

Georg

Colli

Van Lier

Lao Tseu

Musashi

Nietzsche

Bhagavad Gita

Bobrowski

Tranströmer

Celan

Puech

Cavannagh

Rimbaud

Heidegger

Buson

Issa

Shiki

Milosz

Uddhava Gita

Hagakure

Leibniz

Greene

Hölderlin

Dagerman

Bouddha