pour chacun

pour chacun
la ligne sans couleur trace le chemin
se dressent les arbres
les colonnes
présence lunaire
viennent à toi toutes choses en silence
si silencieuses réclament pourtant que l on prenne soin d elles
va !
par la mer
par le ciel
par delà l hyperborée
septentrion glacial
et à travers la steppe étendue
la neige blanche et le souffle infini
les loups courent à travers la lande
la horde et la longue marche
le ciel ouvert qui appelle à la trêve
et toutes les rivières gelées à travers les sapins
explorent les méandres insaisissables du pays
froides comme le revers de la main du dieu aux mots neigeux
présence glaciale
la terre dort de la mort mortelle
pourtant à travers l asphalte les myriades de bactéries
cyanobactéries
explosent le bitume en silence
le goudron de glace dans la lande
et toutes les cascades de la terre figées dans l élan de leur chute chantent
chutent en chantant la vie qui appelle à la vie
mais tu sais
et toujours il en ira ainsi
viens !
tente de mesurer la grandeur
et laisse tomber l échelle aux flocons de neige
qui voudrait y ajouter ou retrancher quoi que ce soit ?
considère
ta vie est souffle stellaire en expansion
et à travers les vivants l univers atteint à la conscience
extatique en résonance ultime avec lui même
que peut il t arriver ?
penses tu que la fleur bleue de la biosphère ne refleurira plus jamais ?
autour de l étang dorment les animaux paisibles placides
dans tes yeux repose le monde épanoui
en cet endroit les lumières sont rares
mais personne n a dit que c étaient les ténèbres
ici tout passe à son heure
et simultanément tout te fait signe
mais veille avec vigilance
il demeure qu il est vraiment difficile
d admettre ce que la vie nous a légué en partage
mais un seul conseil :
courage !
et en toi tout repose
mais pour qui sait voir tout bouillonne
en toi tout dort mais pour qui sait le secret
tout marche à l ultime
et cette vie est une guerre
et si tu trouves le chemin de la clairière ensoleillée à l aube
alors ce sera la paix
ce sont peu de questions
tu le sais
mais si essentielles
et tu enfantas ce monde quand tu mangeas le fruit de la terre
la vie
le vivant
tu étais si jeune !
en toi le destin proclamait alors l infini
la voie à venir
et pour tous les vivants de l univers
par delà
et le mystère de ton partage
la sérénité
terrestre
natale
et c est toute une planète qui réclame une seule chose :
l épanouissement dans une vie si courte
un clin d oeil si rapide
et tout ceci suivra son cours comme il doit en advenir
que pourrait y faire la contrainte ?
malgré tout c est un voeu au coeur inscrit au firmament
des choses qui vont le chemin
qui viennent si profondes
les êtres d extase
les êtres illuminés dans la ronde
et les astres
ceux qui reposent aux bords du lac paisible
quand la saison se reflète dans les eaux bleues
les poissons d argent tressaillent de l être
et une seule chose :
réelle
véridique
vraie :
la connaissance véritable
de ce qu il en est vraiment
en réalité
cela devait vous tenir en haleine
et pour toujours vous couper le souffle
oui
cela est accompli

Vladimir Muhizi


sources hommages citations

Girard

Trakl

Bourg

Georg

Colli

Van Lier

Lao Tseu

Musashi

Nietzsche

Bhagavad Gita

Bobrowski

Tranströmer

Celan

Puech

Cavannagh

Rimbaud

Heidegger

Buson

Issa

Shiki

Milosz

Uddhava Gita

Hagakure

Leibniz

Greene

Hölderlin

Dagerman

Bouddha