un cheval noir

un cheval noir se cabre puis fonce
le fleuve roule puis contourne la ville
les rues de la montagne sont éclairées au soir
dans la chaumière dans le hameau sont pain et vin
dans la salle de concert l orchestre retentit
tandis qu un oiseau reste suspendu
par toi et pour toi tout cela est advenu
c est comme ça


c est simple
cela va de soi sans dire
et tout le monde le sait :
la lune est un satellite de la terre
tout le monde le sait :
la terre est une planète de l étoile solaire
et ainsi de suite…
comme ça tu en vins à penser
et à vivre tout cela
mais quel miracle alors !
parfois des larmes s écoulent
et pourtant nulle part il n est question de chagrin
le sens est autre :
il est ouvert


le chemin serpente plein de cailloutis
et avec des roses qui éclosent à son bord
les véhicules sillonnent les longs chemins de la terre
pourquoi cherches tu sans cesse sans répit ?
apprend simplement ce qui est ici :
la simplicité


et puissants et humbles
et simples et doctes
nul ne l emportera au paradis
qui d entre eux a la lucidité de cultiver l attention de la présence ?
et pourtant ce n est pas si simple
ce n est pas parce que c est naturel que c est sans effort


le gratte ciel a été érigé pour déclarer le prestige de la mégalopole
eh bien c est réussi !
et lui est philosophe et il l est pour tous et pour personne
la colombe est un animal
un oiseau très pur
et d autres sont des rapaces :
la complémentarité du monde
tu diras
et le vivant se sera déployé pendant des milliards d années
révolutions astrales
et c est à peine croyable !


et parmi ce qu il y a de plus beau
il y a le ciel étoilé au dessus
pas vrai ?
la profondeur de la vision du champ
et le cosmos qui appelle
parmi ce qu il y a de plus beau
il y a ce mouvement si subtil à être imperceptible
de l âme qui pulse au plus profond de ton coeur
n est ce donc pas cela ?


peut être
oui peut être le siècle s ouvre se déploie et s achève
mais alors quelle aventure !
et puis quand tu médites
les tenants et les aboutissants de la totale anthropogenèse
franchement tu en restes le souffle coupé
mais c est question légitime
et de portée universelle
y a t il quelque part ailleurs dans l univers de la vie ?
du vivant ?
sommes nous seuls ?


un petit enfant joue et tend le bras à sa mère
il y a aussi sa grand mère
pleines de grâce comme sur ce tableau si célèbre
et tout un tas d animaux s ébrouent à travers la savane
vois tu ?
car à l ultime tu pourras chercher
tu ne trouveras pas d explications
alors va ton chemin
et qui sait ?


et chaque être naît seul et meurt seul
pourtant le sens de la grande aventure est fondamentalement partage
bon ! il faut cesser de tergiverser maintenant
et dire ce qui vient du sens
et ouïr ce qui advint
et cela doit t être confié


et le cygne aussi est un animal magnifique
un animal de l eau et de la terre
il paraît qu il chante un thrène avant de s éteindre
et la technologie se déploie se ramifie évolue et bifurque
et finalement la planète entière est emportée


comment peux tu ne pas voir distinctement ces gouttes de temps
qui s écoulent en instants uniques ?
les moments de ta vie ?
de loin la denrée la plus précieuse de l univers
l équation ultime à résoudre pour chaque vivant :
que faire avec le temps ?


bref ceci est le sens du sens :
la vie
la voie
la vérité !
néanmoins il reste une seule chose à te dire :
ce qui est dit plus haut n est pas un dogme
mais une suggestion


et à l ultime de l ultime
quand tout a été bien considéré
après la longue et profonde méditation d une vie de penseur
au sommet de la pensée dernière
terminale
la vérité apparaît pour ce qu elle est et se dévoile :
un paradoxe indescriptible
indescriptible mais perceptible
expérimentable
en marche triomphale
ailée
ainsi elle est

Vladimir Muhizi


sources hommages citations

Girard

Trakl

Bourg

Georg

Colli

Van Lier

Lao Tseu

Musashi

Nietzsche

Bhagavad Gita

Bobrowski

Tranströmer

Celan

Puech

Cavannagh

Rimbaud

Heidegger

Buson

Issa

Shiki

Milosz

Uddhava Gita

Hagakure

Leibniz

Greene

Hölderlin

Dagerman

Bouddha